Retour au listing

L'hypothèse du crédit d'impôt digital

Un crédit d’impôt pour couvrir les dépenses en transformation digitale ?


Investir dans la technologie digitale est aujourd’hui une priorité pour les entreprises. Pour assurer sa survie et son développement, la création d’une direction digitale est devenue plus qu’une nécessité. Selon les analyses réalisées par l’Electronic Business Group ou EBG, 23% des grosses entreprises ont désormais une direction digitale indépendante. 


Transformation digitale : un besoin généralisé.

 

Toutes les études réalisées sur les enjeux de la transformation digitale des entreprises françaises ont démontré la nécessité d’un tel investissement. Toutefois, ces analyses ont aussi permis de déceler le manque d’intérêt des dirigeants et l'insuffisances des ressources. En effet, procéder à des changements coûte de l’argent que ce soit sur la restructuration d’une stratégie marketing ou le lancement même d’un commerce en ligne. Tous projets de restructuration digitale est ainsi synonymes de dépense. Le recrutement de nouveaux talents, l’installation d’une nouvelle infrastructure, l’instauration d’une équipe dédiée à l’innovation ou même le suivi des évolutions des SI sont des points à tenir en compte lors d’une transformation digitale.

 
Même si la loi Macron, permet d’accélérer l’amortissement de certains projets, les dépenses relatives à la transformation digitales  ne sont plus que partiellement amortissables. Elles ne sont également  que faiblement éligibles au CIR (Crédit d’impôt recherche) ou au crédit d'impôt innovation. Procéder à une transformation digitale implique des phases de test et d’abandon qui ont un coût insupportable pour les entreprises. 


Un crédit d’impôt pour inciter au changement.


Parce que procéder à une transformation digitale est un gage d’investissement en temps et surtout en argent, un tel projet peut être inquiétant pour les PME faiblement capitalisés et tout juste sorti d’une crise. Pour y remédier, il est peut être utile d’élargir les couvertures du CIR à mesure de couvrir également les dépenses liées à la transformation digitale. En d’autres termes, cette mesure peut permettre d’évaluer le total de l’investissement nécessaire à la transformation et d’en évaluer également les progressions. 


L’économie française progresse aujourd’hui vers cette transition, même si toutefois les sommes investis aux Etats-Unis sont nettement plus significatives. On enregistre tout de même une bonne progression des dépenses, et il ne reste plus qu’à inciter les chef d'entreprise à devenir les chef d' orchestre leur transformation digitale.