Retour au listing

Incubateurs, accélérateurs et pépinières : quelles sont les différences ?

Pépinières d'entreprises, incubateurs, accélérateurs ; différentes structures qui accompagnent les porteurs de projets tout au long de la vie du projet et de l'entreprise. Ces dernières ont un objectif en commun, celui de concrétiser vos projets. Toutefois, elles présentent de nombreuses différences notamment dans leurs cibles, formules d'hébergement et modalités d'accompagnement. Dans cet article, vous retrouverez un zoom sur ces différents hébergements.

 

L’incubateur pour le lancement du projet

L’incubateur est une structure qui vise à offrir un appui aux porteurs de projets innovants pendant les premières étapes du concept jusqu’à la création de l’entreprise. L’objectif est également de trouver des partenaires pour pouvoir lancer l’activité grâce à des levées de fonds.


Des experts métiers dans des domaines variés vont ainsi accompagner les porteurs de projet en mettant à leur disposition leur savoir-faire (juridiques, financiers, dépôt de brevets, mise en place d’un business model, …). Des ressources « pratiques » sont également proposés par l’incubateur :  locaux, technologies, matériels, accès à une communauté d’anciens incubés, …


L’admission repose sur des critères propres à chaque incubateur. Néanmoins, la procédure est généralement similaire d’une structure à une autre : un dossier doit être adressé à l’organisme qui se chargera ensuite d’analyser et de sélectionner les projets. En moyenne, l’accompagnement dure entre 1 an et 3 ans.


Le BIC de Montpellier, 2ème incubateur mondial


Montpellier est une ville prisée des start-ups et des jeunes entrepreneurs. Labellisé French Tech, la ville accueille tous les ans de jeunes pousses au sein des dispositifs comme les incubateurs. Crée en 1987, le BIC (Business Innovation Center) a été l’une des toutes premières structures et a donné naissance à plus de 670 start-ups. Il est aujourd’hui classé 2ème meilleur incubateur mondial, derrière le Guiness Entreprise Center de Dublin.


Parmi les start-ups passées par le BIC, nous pouvons citer Teads, spécialisé dans la publicité en ligne. Aujourd’hui, la société emploie 500 personnes et est devenu numéro 1 mondial de la publicité vidéo sur internet. Teads a lancé le format dit « Inread » qui permet de proposer un contenu publicitaire moins intrusif en diffusant des publicités au sein d’un article.


La société Specktr a également été incubée au BIC. Son entrepreneur a conçu un gant connecté permettant de jouer, mixer et contrôler la musique par les seuls gestes de la main. L’ingénieur à l’initiative du projet a pu travailler avec plusieurs partenaires et lever 36 000 € sur KissKissBankBank, soit 120% de l’objectif initial.
 

Les accélérateurs d’entreprises pour propulser son projet

Un accélérateur aide une entreprise, notamment une start-up, à passer à la vitesse supérieure dans la mise en œuvre de son business model : développement commercial, communication, recrutement... L’accélérateur intervient donc après l’incubateur, quand l’idée du projet est déjà mûre et l’entreprise en place (statut juridique clair, organigramme bien défini, premières ventes effectuées…). Il aidera la jeune entreprise à atteindre sa taille critique et un chiffre d’affaires conséquent le tout en un temps record.


Les services proposés sont donc variés : stratégie de marché, recrutement de profils spécifiques, identification de prospects et béta testeurs, apport de capital dans les fonds propres, aide au financement publique, mise à disposition de ressources techniques et technologiques, coaching par des chargés d’affaire et des mentors… Grâce à l’accélérateur, l’entreprise a accès à des outils, des conseils et des méthodes efficaces à chaque moment clé de son développement.

Focus sur ces start-ups lauréates de l'accélérateur Wilco (ex-Scientipole):

Deux startups ont pu accélérer leurs développement grâce à Wilco, le plus grand accélérateur de France, capable d’accompagner aujourd’hui toutes les startups vers leur premier million de chiffre d’affaires (en 3 ans). L’accélérateur francilien octroie notamment des prêts d'honneur pouvant aller jusqu'à 30 000 € par associé !

  • Staycation

Cette start-up propose aux Parisiens de passer leur dimanche dans des hôtels de luxe, pour des prix imbattables. Staycation conçoit des expériences inoubliables dans les 4 et 5 étoiles de la capitale. Ces petites folies vont de la privatisation d’une piscine en plein centre de Saint Germain à un petit déjeuner sur les hauteurs de Montmartre, en passant par une pléthore d’activités haut de gamme et dépaysantes.
 

  • Pharma Express

Service de livraison de médicament avec et sans ordonnance 7j/7 et 24h/24. Pharma Express se positionne comme précurseur de l’ordonnance numérique en France à travers une plateforme sécurisée centralisant patients, médecins et pharmaciens. 

La pépinière pour le développement du projet

Contrairement aux deux structures d’accompagnement précédentes, les pépinières d’entreprises ne sont pas uniquement destinées aux entreprises innovantes. Elles ont pour vocation d’héberger et d’accompagner de manière générale, tous types de projets et d’entreprises de moins de 3ans.


L’enjeu des celles-ci est de réunir au sein d’un même lieu, un ensemble d’activités complémentaires qui permettront à chacun d’échanger, de renforcer son réseau et de développer leurs projets tout en réduisant les obstacles liés au démarrage de l’activité.


A travers plusieurs cursus d’accompagnement, d’une durée limitée à cinq années, elles offrent la possibilité d’obtenir à la fois un hébergement mais aussi un soutien technique, matériel et financier.


En ce sens, les porteurs de projets ou entrepreneurs intégrant les pépinières, peuvent bénéficier d’un double accompagnement personnalisé :

  • Individuel : séries d’entretiens réalisés chaque trimestre avec un chargé d’affaires, une mise en réseau avec des contacts pertinents, accompagnement dans l’analyse de marché et le développement d’outils professionnels (tableaux de bords, bilan prévisionnel etc)
  • Collectif : par des ateliers thématiques (mini-conférences) et des évènements professionnels (salons, afterwork etc). Les créateurs ont accès à une information sur les manifestations, les salons.

Sur le plan tarifaire, leurs prix se calculent dans la majeure partie des cas, au mètre carré ou à la demi-journée et diffère selon les structures et les régions. À titre d’exemple, chez REALIS dans la Région Occitanie, le tarif journalier pour un bureau d’affaires est de 15€HT.


Pour finir, ces différentes structures d’accompagnement et de coworking, ont chacune leurs propres objectifs et spécificités. Ces dernières sont indépendantes les unes des autres et possèdent leurs propres programmes d’accompagnement.

Ce qui peut conduire de nouvelles structures à se positionner également sur plusieurs axes d’un projet (administratif, financier, commercial etc.) et ce pendant toutes les phases de son développement. Comme nous pouvons le retrouver dans le cas des IPHE (Incubateurs, Pépinières, Hôtels d’Entreprises) qui englobent un ensemble d’accompagnement allant de l’incubation à l’hébergement d’activités, en passant par la case pépinière.


Vous aimeriez vous aussi intégrer ce type de structure ?
Contactez-nous pour parler de votre projet et préparer votre candidature.


Article coécrit par :
Laura Servent, chargée de projets webmarketing pour Publika
Raphaël Damain, content marketeur à Agora Partners Barcelona
Camille Collewette, chargée de dossier en financement de l’innovation chez Innova Finance